Jean-Romain Bruson

Retour aux portraits
Date de publication : Lundi 31 Octobre 2016

Je suis Toulousain mais j’ai un parcours un peu particulier car j’ai eu la chance de rejoindre, dès ma première année de Bachelor, le campus de Barcelone. J’ai aujourd’hui 20 ans, je suis passionné de wakeboard, de vidéo et surtout par le monde de la Tech.

Jean-Romain, peux-tu nous rappeler ton parcours ?

Je suis passé par un lycée de province, proche de Toulouse. Je n’ai pas beaucoup voyagé étant jeune, c’est surtout cela qui m’a poussé à partir. A côté, je faisais également du wakeboard en compétition, sponsorisé par Picture Organic Clothing, une marque de vêtements. Je n’avais que 17 ans quand j'ai intégré le Bachelor de TBS à Barcelone. C’est jeune, surtout quand on se retrouve avec des personnes âgées de 20-25 ans pour la plupart. Cela force à l’adaptation, et permet de se faire de très bons amis.

Pourquoi avoir choisi le Bachelor de TBS ?

Trois ans dans trois pays différents. C’était le seul programme à proposer ce genre de parcours, une chance pour moi. Je voulais parler plusieurs langues tout en étudiant le commerce. Le niveau de la formation est très bon et nous a tous beaucoup apporté, tant au niveau des cours, des langues apprises que des stages avec le Career Starter, qui sont une réelle valeur ajoutée à la formation.

Parle-nous de ton année d’expatriation académique.

Je suis parti à Shanghai à SUFE (université de finance et d’économie) en deuxième année. C’était une expérience incroyable! Avec 25 millions d’habitants Shanghai est une ville qui ne dort jamais, il y a tout le temps quelque chose à faire. Je vivais au 35ème étage d’un immeuble en colocation avec une américaine et une chinoise. Les cours étaient tous très poussés, surtout en finance. La Chine est un très beau pays, difficile au début mais incroyable quand on y passe du temps. Le choc culturel est très fort mais nous nous retrouvons sur certains sujets avec les chinois, comme la cuisine ou l’éducation par exemple. J’avais un scooter, pas de permis demandé, pas vraiment de règles. En plus des cours de commerce, nous avions 12 heures de Chinois par semaine, avec d’autres étudiants venus de partout dans le monde. Je suis également parti voyager avec des amis et seul pendant l’hiver : Thaïlande, Birmanie, Malaisie, Philippines, c’était génial ! Si j’avais un conseil à donner à mon petit niveau, pour ceux qui voudraient partir, partez loin !

Ton meilleur souvenir pendant le Bachelor…

Sans hésiter une conférence, avec comme invité d’honneur Eduardo Saverin, co-fondateur de Facebook. Quand j’étais en échange universitaire à Shanghai, je suivais depuis un petit moment l’activité de Tech in Asia, un journal sur le monde des start-ups et de la Tech en Asie. Ils mettent en place chaque année une conférence avec des invités de marque et des entrepreneurs venus du monde entier. Les places sont très chères (environ 500€) mais je voulais vraiment y aller. Et comme souvent c’est en demandant au culot qu’on obtient ce que l’on souhaite... J’ai leur ai envoyé un message via leur page Facebook en expliquant mon profil. Quelques jours plus tard je recevais une invitation (gratuite !) pour les rejoindre et assister à trois jours de conférences et réunions entre startupers et investisseurs.

C’était très enrichissant, on a pu voir des entrepreneurs pitcher leur projet devant tout un panel d’investisseurs influents (Rakuten Ventures, 500 startups et bien d’autres) certains étaient très bons, d’autres moins, etc. C’est en voyant la réalité d’une levée de fonds qu’on se rend compte de l’énergie que requiert la création d’une entreprise.

Recommanderais-tu le Bachelor de TBS ?

Je recommanderais le Bachelor de TBS pour son programme très complet, à la fois théorique et pratique. Bien sûr, l’argumentaire est tourné sur les trois stages, l’étranger, les trois accréditations … mais je pense que TBS est avant tout un lieu d’opportunités. Nous avons la chance d’avoir accès à des outils performants comme le Career starter ou TBSeeds mais aussi de pouvoir rencontrer des étudiants venus du monde entier. Cela fait la différence.

Et le Hackathon que tu as remporté récemment ?

Le Hackathon était un projet proposé par At Home, un espace de co-working à Toulouse et Axa. At Home est un projet créé par des anciens de TBS, tous entrepreneurs. Je connaissais un des fondateurs, Arnaud Thersiquel, car je le suivais depuis la lancée de son ancienne entreprise, les Ateliers Tersi. Le challenge était une chance car trois écoles étaient représentées et nous avons eu la possibilité de rencontrer le PDG d’Axa Sud-Ouest et toute son équipe ainsi que les start-ups d’At Home.

Le challenge s’est déroulé sur un week-end. 48 heures pour répondre à la problématique : « le digital comme outil de simplification de l’assurance ». J’étais avec deux étudiants d’Epitech, Charles et Thomas, ainsi qu’Adrien, un entrepreneur qui travaille avec At Home. Nous avons créé une application destinée aux commerciaux. Elle permet, grâce à un algorithme, un système de score et de navigation GPS, de leur faire gagner un temps précieux et d’augmenter la satisfaction du client.

Tous les projets étaient très bons. Certains m’ont beaucoup impressionné, car ils posaient des questions morales notamment sur la robotique et l’intelligence artificielle.

Comment vois-tu la suite, l’après Bachelor ?

Je souhaite faire un master dans une autre école, pour améliorer mes compétences mais également mon réseau. L’entrepreneuriat fait également partie de mes projets. Nous créons aujourd’hui une association d’entrepreneurs au sein de TBS avec Thomas Rivoltella et d’autres passionnés. Elle sera accessible à tous, des événements seront organisés dans l’objectif de créer un réseau d’étudiants intéressés par l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies.