Jules Coignard

Retour aux portraits
Date de publication : Dimanche 1 Mars 2015
Jules Coignard

Jules Coignard, diplômé du programme Grande École en 2012, revient sur ses années passées à TBS et nous parle de son projet de tour du monde sur l’économie circulaire :

Jules, peux-tu te présenter :

J’ai fait une classe préparatoire avant d’intégrer TBS. Après deux années passées à Toulouse, j’ai décidé de faire ma césure en deux temps : en premier lieu chez Bull à Madrid, puis, chez AirbJules Coignardus à Toulouse au service achats. J’ai obtenu mon diplôme en 2012 après avoir suivi l’option professionnelle « Business to Business » à TBS Barcelona.
Après ma 3ème année, j’ai poursuivi chez Airbus toujours au service achats, avant d’enchaîner par un VIE, une nouvelle fois chez Airbus mais cette fois-ci au Mexique où j’étais en charge du sourcing d’Airbus Group Mexique. Mes missions : identifier de nouveaux fournisseurs et développer le panel des fournisseurs sur le marché mexicain. Au bout d’un an, j’ai été embauché en contrat local. Mais en septembre 2014, j’ai décidé de quitter le groupe pour me lancer dans un projet plus personnel, d’une nature totalement différente : le projet Circul’R.

Retour sur tes années à TBS…

Je garde un très bon souvenir de la vie associative et notamment de mon implication au Bureau Des Sports où j’étais, en 2010, responsable du pôle rugby. Ce fut vraiment une expérience inoubliable, tant d’un point de vue humain que professionnel car cela m’a permis, notamment, de développer mon sens du relationnel et d’appréhender des notions de management… Et puis, il ne faut pas l’oublier, nous avons été champions de France des grandes écoles !

Peux-tu nous présenter le projet Circul’R ?

Je ne mène pas le projet Circul’R seul… Je suis accompagné de Raphaël que j’ai rencontré au Mexique, en 2013 chez Airbus. Nous avions tous les deux une envie d’entreprendre, mais surtout d’entreprendre différemment. C’est pourquoi nous avons lancé l’association Circul’R en septembre 2014. Notre projet propose d’aborder la thématique de l’économie circulaire de manière innovante, et ce en partant à la découverte de 100 initiatives sur le sujet dans plus de 22 pays. Nous avons trois objectifs pendant nos 17 mois de voyage d’étude :

  • partir à la rencontre de 100 projets innovants traitant de l’économie circulaire
  • les mettre en relation afin qu’ils puissent partager leurs meilleures pratiques
  • sensibiliser le grand public et les étudiants à cette thématique, notamment par la mise en place de conférences dans des universités (en passant par certaines universités partenaires de TBS).

À notre retour, nous nous réservons une période de six mois pour partager nos connaissances et nos savoirs lors d’événements et de conférences. Nous souhaitons également présenter une exposition photos et réaliser des ateliers chez nos partenaires.
TBS nous fait confiance et s’est associé à notre projet, tout comme Accor, Air France, Atale, Generali, GrDF, L’Institut de l’économie circulaire, Patagonia ou encore Suez Environnement.
Notre objectif final étant de pouvoir créer notre entreprise dans le domaine de l’économie circulaire.

Pourquoi ce sujet sur l’économie circulaire ? Quelles sont tes motivations dans ce projet ?

Notre modèle économique dit « linéaire » - prendre les ressources, les transformer, les utiliser, puis les jeter - s’essouffle et nécessite de véritables changements. En effet, nous épuisons nos ressources naturelles, ce qui a pour conséquence l’augmentation du prix des matières premières. Sans parler du fait que nous produisons chaque jour davantage de déchets. L’augmentation de la population mondiale ne faisant qu’accroître cette problématique.
L’économie circulaire est un modèle économique qui permet justement de répondre à ces enjeux en laissant les ressources dans le circuit économique. Il faut désormais penser les produits en amont de leur conception afin d’éviter qu’ils deviennent des déchets. Certaines entreprises, comme l’entreprise néerlandaise Desso, ont réalisé cette transition. Comme le dit leur PDG Alexander Collot d'Escury : « c’est bon pour les gens, c’est bon pour la planète, et c’est aussi très bon pour le business ». Cette dimension économique est importante car elle pousse les entreprises et les pays à entamer de véritables changements. Le Japon, l’Allemagne mais aussi la Chine ont par exemple promulgué des lois sur l’économie circulaire.
Personnellement, mes motivations sont tout simplement de pouvoir participer activement à ce changement, avec une dimension entrepreneuriale qui n’est que plus motivante. Les valeurs que TBS m’a enseigné me permettront de mener à bien notre projet dans sa globalité. Nous sommes en contact régulier avec la chaire RSE de TBS et c'est d'ailleurs Jan Jonker, lauréat de la Chaire d’excellence Pierre de Fermat et professeur à TBS, qui nous a introduit dans le "monde" de l'économie circulaire aux Pays-Bas.

En quoi ta formation Grande École est un atout dans cette aventure ?

Chaque jour, depuis le lancement de Circul’R, j’utilise mes acquis obtenus à TBS et en entreprise pour des missions de gestion de projet, de communication ou encore de recherche de partenaires. En effet, il est important de démontrer aux entreprises potentiellement intéressées par notre projet l'intérêt qu'elles ont de vous rejoindre. Avoir eu une formation Business et avoir travaillé trois années dans un grand groupe ont été d'une aide précieuse. Notamment pour savoir quelle position adopter et comment aborder les grandes structures qui sont pris d'assaut par de nombreuses demandes de subventions.

Quelles sont les prochaines étapes ?

À Londres, depuis le 2 mars dernier, nous avons réellement lancé notre projet avec l'animation d'un stand Circul'R à l’événement international sur l’économie circulaire « Resource event ». Nous enchaînons par l'animation d'un atelier à la London School of Economics le 7 mars, avant de partir vers l'Europe du nord jusqu'au Danemark.

Jules au Resource Event de Londres

Autre temps fort à ne pas manquer : nous lançons dans les prochains jours une campagne de crowdfunding qui nous permettra de boucler notre budget et de créer une réelle communauté autour de notre projet.

Un dernier mot pour convaincre nos fans de vous suivre sur les réseaux sociaux ?

Nous partons à la découverte de nombreux projets innovants qui permettent une alternative viable à tous points de vue - environnemental, social et économique. C’est une première mondiale concernant le sujet de l’économie circulaire ! Toutes ces initiatives seront autant de sources d’inspiration pour chacun d’entre nous. De plus, nous vous ferons partager ces découvertes de manière ludique sur nos différents réseaux sociaux…
Soyez Circul’R avec nous !

Jules Coignard et Raphael Masvigner


Suivre le projet Circul'R :