Camille Stacul

Retour aux portraits
Date de publication : Mercredi 1 Mai 2013

Passionnée par l’univers équin, cavalière émérite, et nonuple médaillée au Championnat de France Elite, Camille Stacul avait un objectif précis : intégrer TBS Programme Grande Ecole en cursus aménagés, et concilier étude & passion !

Bonjour Camille, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Camille Stacul, j’ai suivi tout d’abord un parcours en Classes Préparatoire aux Grandes Ecoles Littéraires (AL) qui prépare au concours des ENS à Bordeaux au Lycée Camille Jullian. J’ai  par la suite intégré, à la rentrée 2013, TBS Grande Ecole en 1ère année (L3) en cursus aménagé. Ce cursus a pour avantage de disposer d’horaires aménagés qui me permettent non seulement de suivre les cours du programme Grande Ecole, comme tous les autres étudiants de TBS, mais aussi de poursuivre ma passion pour l’équitation que je pratique à haut niveau. 

Concilier étude et passion s’avère extrêmement important pour moi puisque j’envisage post TBS d’intégrer la fonction de manager dans un établissement équestre. C’est qui est sûr, c’est qu’il m’est inimaginable de songer à mon avenir dans un secteur autre que celui du monde équestre. Mon objectif ultime : créer ma propre structure ! Je compte bien faire de mon rêve une réalité J

Peux-tu nous raconter ton parcours sportif ?

Il est impossible pour moi de dater les racines de ma passion pour les chevaux et l’équitation, tout comme, je l’espère, il me sera impossible plus tard d’en dater la fin. J’ai grandi entourée de jeunes poneys récupérés par mon père. J’ai fait mes premières expériences en tant que cavalière seule dans le champ qui jouxte ma maison. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, je n’ai été licenciée dans un centre équestre que très tardivement (environ 9 ans). Après chaque séance de cours, je rentrais chez moi et je m’échinais à reproduire ce que j’avais appris sur mes propres poneys sauvages. Puis, j’ai découvert le Pony-Games - il s'agit d'une discipline composée de jeux à poney alliant vitesse, agilité et précision-  grâce à la monitrice du poney club, très impliquée. Des concours départementaux aux régionaux, j’évoluais dans une équipe locale prometteuse en quête de progrès. Je changeais alors une première fois d’écurie pour rejoindre le Club Hippique de Belloc (47) dirigé par Sylvie Gimet, véritable passionnée, qui a changé mon regard sur l’équitation. Grâce à son soutien, mais aussi à celui de mes parents, j’ai été repérée par le sélectionneur de l’équipe de France de Pony-Games dès 2007 avec mon premier poney Kafé-Crème. C’était alors une véritable aventure qui débutait. Traversant la France et parfois même l’Europe pour accéder aux compétitions nationales et internationales les plus prestigieuses, seule pratiquante de la discipline dans mon département, je devais alors me débrouiller pour trouver des coéquipiers. J’ai ainsi été accueillie par plus de 8 clubs de 5 régions différentes pour disputer les championnats, avant de rencontrer Marie Muller, cavalière émérite et paire de choix avec qui j’ai été sacrée Championne de France en catégorie Elite en 2009. Aujourd’hui, je suis fière de constater que mon parcours équestre est couronné de 9 médailles nationales (dont 8 médailles d’argent, et une d’or !) et plusieurs médailles internationales (Coupe d’Europe des Club, Challenge Peter Dale). Par ailleurs, je reviens tout juste d’une compétition internationale qui s’est déroulée à Barcelone pour la toute première fois avec des résultats plus que convenables. Je me sens en forme et très optimiste pour les  championnats 2014 ! Plus que des victoires et des résultats, je retiens surtout le chemin parcouru avec mon actuel poney de tête : Oscar la Métairie qui m’accompagne maintenant depuis ses 4 ans et pour de nombreuses années encore je l’espère J

Quels sont les avantages à intégrer le cursus aménagés de TBS ?

Le parcours aménagé proposé par l’école présente de nombreux avantages. Personnellement, après deux années de classes préparatoires au rythme effréné, j’ai été forcée de constater que mon niveau équestre stagnait. En arrivant à TBS, j’ai choisi de confier mes chevaux à la pension des Ecuries Pierre Barrère à Muret, tant pour la qualité de leurs infrastructures que de leur enseignement. Les écuries étant assez éloignées du centre-ville, il est important pour moi de pouvoir bénéficier de plages horaires libres très larges pour effectuer les trajets en voiture. De plus, l’équitation est un sport extrêmement prenant. Contrairement  au tennis, basket, etc. une fois la séance finie, il faut s’occuper du cheval : le panser, le soigner, lui accorder de l’attention. Des moments indispensables à la création du « couple » et qui fait la différence en situation de compétition. Ainsi, je me rends aux écuries presque tous les jours pour m’occuper de mes poneys et je suis heureuse de constater que les progrès sont de nouveaux bien présents.

Le rythme du parcours aménagé me parait adapté. J’ai cours le matin, sport l’après-midi. Simple et pratique ! Cependant, il est clair que  c’est un parcours très exigeant, qui demande une organisation sans faille pour ne pas se laisser déborder. La première année à l’école, les étudiants sont très sollicités (projets de groupe, associations, campagnes) et si l’on veut tout mener de front, il est indispensable d’être rigoureux. Cependant, ce parcours représente la possibilité pour moi de continuer à vivre ma passion dans de très bonnes conditions tout en suivant le même programme que les autres étudiants.

Concilier Sport & Etudes : un pari facile à tenir ?

Mes week-ends en compétition m’amènent parfois à manquer certaines classes, que je dois rattraper par la suite. L’aide de mes camarades est donc essentielle pour que je puisse suivre les cours avec assiduité pendant la haute saison. Les sorties et soirées sont très rares pour moi, contrairement aux autres étudiants. C’est une discipline que le sport impose. Combiné aux études, il demande un mode de vie sain. Si on laisse trop de place à la fatigue, le risque de décrochage est important.  En plus du parcours classique à TBS, j’ai eu le plaisir de voir ma candidature en tant que porteuse de projet de création d’entreprise acceptée dans la structure d’accompagnement de l’école : l’incubateur TBSeeds. Cela est une charge de travail supplémentaire mais qui me tient tellement à cœur.

Si je devais résumer mon parcours en 3 mots, sans hésiter, je dirais : Organisation, rigueur, passion !

Qu'est-ce que le sport t'apporte dans tes études ?

L’équitation est un sport très exigeant : rigueur, humilité, patience et travail sont les valeurs qui le sous-tendent. Issue d’une petite commune Lot-et-Garonnaise, il a fallu que je développe une ténacité et une détermination à toute épreuve pour me hisser à ce niveau. Et c’est cette même détermination qui m’aide à avancer dans mes études. Je ne suis membre d’aucune asso, le temps me manque, cela dit, je suis très investie dans un projet qui me tient à cœur et que j’ai initié cette année dans le cadre de l’école et pour lequel j’ai vite été rejointe par d’autres étudiants : « A ride for a smile ». Ce projet consiste à la promotion du sport équestre adapté à Toulouse en proposant des séances d’équitation à des enfants en rémission de maladies graves.

L’équitation est un sport de perpétuel recommencement : les chevaux restent des animaux, avec leurs humeurs et leurs états d’âmes et des périodes difficiles suivent parfois des périodes heureuses et vice versa.

Quels sont tes projets à venir ?

Au niveau équestre, je projette de me hisser de nouveau au plus haut niveau. Je souhaite participer à plus de compétitions internationales mais également former un nouveau poney pour préparer la suite d’Oscar. De plus, étant donné que je pratique également le saut d’obstacles, j’aimerais courir de plus grosses épreuves à cheval.

En ce qui concerne mon projet professionnel, je compte œuvrer dans le sens d’un parcours qui me préparera au management de domaines équestres avec pour but ultime de monter ma propre structure de qualité à vocation écologique.