Thomas Punty

Retour aux portraits
Date de publication : Mardi 1 Juillet 2014

Du rêve à la réalité...

Thomas Punty, étudiant à TBS Programme Grande Ecole est en passe d’achever une aventure inédite, celle de parcourir la Xrockies en Amérique du Nord, 3000 km à travers le Canada et les USA avec pour seuls moyens de transport : ski, vélo, parapente et marche ! Une aventure audacieuse, spectaculaire, qu’il nous relate dans "4 mois en terre inconnue… la suite" !

Où en êtes-vous aujourd'hui ?

Thomas PuntyNous avons démarré notre aventure le 10 mars dernier, depuis Mackenzie au Canada, le point de départ de la chaine des montagnes rocheuses. Notre objectif initial était de rejoindre Santa Fé, à l'autre extrémité de la chaine. Il y a 120 jours, nous étions très loin d'imaginer qu'alors que j'écris ces lignes nous arriverions jusqu'à la frontière mexicaine après avoir revu nos objectifs à la hausse ! Nous avons parcouru 3000 km uniquement avec nos pieds et nos parapentes entre le Canada et le Mexique. Nous sommes sur le point de rentrer en France, la tête pleine d'expériences et de découvertes. Nelson recommencera une saison en tant que moniteur de parapente et quant à moi, je recherche une mission de développement commercial à l'international pour mon retour.

Quel est ton état d'esprit ?

Pour ne rien vous cacher, je ne crois pas avoir encore bien réalisé ce qu'il nous arrive. Les derniers km dans le désert américain ont été très éprouvants et c'est avec un soulagement certain que nous avons atteint la frontière, le physique bien entamé. Mais la XRockies n'est pas vraiment finie... c'est maintenant un travail médiatique que nous entamons. Dès les premiers jours de l'aventure, l'objectif était également de donner de la visibilité aux sponsors qui nous ont fait confiance. Création de site internet, démarchage, mise en place logistique... la création de la XRockies s'est faite un peu comme celle d'une entreprise et cela m'a apporté beaucoup de compétences.

Quel a été le moment le plus intense de l'aventure ?

Ces 4 mois ont été très riches en émotion. Des moments magiques ont parfois succédé à des épisodes très durs à gérer mentalement. C’est une question difficile mais si je dois vous compter un moment particulièrement périlleux, cela serait notre quatrième soir canadien. A 3 jours de marche du premier village, en pleine forêt, nous sommes tombés nez à nez avec le Grizzly. Nos fusées de détresse ont été inutiles et n'ont fait qu'alerter une meute de loups derrière nous qui s'est mise à hurler. Frissons garantis :-) Mais ces instants sont vites balayés par des moments intenses, je pense notamment à des vols inoubliables au-dessus des montagnes Rocheuses. Survoler les grandes forêts canadiennes ou les déserts de l'Utah à plus de 6000 m d'altitude, ce sont autant de moments magiques que je n'oublierai jamais.

Un immense merci à l'ensemble des personnes qui ont cru au projet et qui ont aidé à sa réalisation…

(Re)Lire l’interview de Thomas Punty « 4 mois en terre inconnue »

Thomas Punty

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Thomas Punty, j’ai 24 ans et je viens de finir le programme Grande Ecole de TBS.  Je suis rentré à l’école en AP2, après 3 ans au Bachelor d'Audencia Nantes en 2011. C’est pour consolider mes connaissances dans certains domaines académiques que j’ai choisi d’intégrer TBS. Je souhaite m'orienter vers les métiers de l'export et de la vente, qui seront selon moi des métiers porteurs dans les années à venir.

Raconte nous ton parcours à TBS Grande Ecole…

Rencontres, découvertes, émotions fortes ont rythmé mon parcours au sein de TBS. Les opportunités de se forger de nouvelles expériences sont nombreuses, et il ne faut pas hésiter à les vivre à fond car celles-ci sont parfois inoubliables. En arrivant à TBS, je sortais d’une année de césure. Après mon Bachelor à Nantes, je souhaitais fortement maîtriser l’espagnol et découvrir les sommets mythiques de la cordillère des Andes :-) Je suis donc parti seul en Bolivie pendant 8 mois, matériel d’alpinisme sur le dos dans l’espoir de rencontrer des compagnons de cordées m’accompagnant dans mon rêve de sommets Andins. Ça a été le premier déclic qui m’a conforté dans mon choix d’orientation vers le commerce. Ce besoin de créer le contact afin de lutter contre cette solitude, a forgé en moi une capacité à m’ouvrir aux autres et à ainsi découvrir une incroyable diversité de parcours, de profils, d’expériences.

C’est toujours avec ce même désir de me nourrir de cette diversité que je suis rentré à TBS. Loin des clichés de personnages formatés ou stéréotypés, j’ai découvert une école de commerce avec de nombreuses individualités, que ce soit chez les étudiants ou bien même chez les intervenants. Des rencontres qui m’ont forgé une véritable ouverture d’esprit ; et je pense d'ailleurs que c'est un point commun que je dois partager avec de nombreux étudiants d'ESC. Des profils qui se complètent, afin non pas de correspondre à un modèle préétabli mais plutôt d’en inventer de nouveaux…

"Tu aimes donc sortir des sentiers battus"… As-tu un nouveau défi en prévision ?

Mon truc à moi, c'est la montagne ! Une passion partagée avec ma famille (guide de haute montagne, moniteurs de ski, etc.). Je baigne dedans depuis tout petit :-) 

J’ai toujours aimé partager ma passion, et j’ai profité de TBS pour m’impliquer dans l’association des bronzés dans laquelle j’animais un pôle escalade. Quoi de plus motivant et satisfaisant que de faire découvrir sa passion à un camarade ? J’ai passé beaucoup de temps en montagne (peut-être trop diront certains), ski de randonnée, parapente, alpinisme sont autant de pratiques dans lesquelles j’ai pu forger des valeurs fortes de persévérance et de dépassement de soi. C’est dans cette logique de partage et d’échange que je m’engage aujourd’hui avec mon cousin dans la Xrockies.

La Xrockies et un projet un peu fou mais mûrement réfléchi et préparé : la première traversée des Montagnes Rocheuses sans aide motorisée. 3000 km à travers le Canada et les USA avec comme seuls outils nos skis pour passer les montagnes enneigées, nos parapentes pour glisser au-dessus des longues vallées et nos jambes pour courir vers un but que l’on s’est fixé. Notre point de chute : Santa Fé au Nouveau-Mexique.

À l’heure où j’écris ces mots, le départ approche à grands pas, et le 15 mars, nous serons en route pour le nord des montagnes rocheuses pour réaliser cette traversée que personne n’a jamais encore entreprise d’une seule traite.

Quelle est la genèse de ce projet (un peu) fou ? :-)

Je pense que la plupart des projets commencent autour d’une table. Mon cousin et moi sommes deux passionnés, loin d’être deux fous téméraires, nous cherchons en permanence à nous dépasser. La Xrockies est un challenge ambitieux que nous nous sommes fixés mais aussi le fruit d’une longue préparation physique et technique.

C’est au retour d’une expédition au Kirghisztan que le projet est né. Durant l’été 2012, nous avons gravi à deux, en totale autonomie le Pic Lenine en conditions hivernales, une montagne de 7134 m d’altitude dans le Pamir. Gravir ce géant de glace et de roche a été une expérience marquante. En se confrontant à des conditions météorologiques parfois extrêmes, nous avons pu forger une résistance physique et psychologique importante. Mais l'adrénaline (avec un brin de solitude quand même) vécue pendant ces journées entières à rester bloquer dans la tente nous a poussé à relever un nouveau défi. 

C’est donc avec l’envie d'aller à la rencontre de nouvelles populations, et de voir défiler sous nos yeux émerveillés de nouveaux paysages que nous nous engageons dans la Xrockies. L’Amérique du Nord est une région que l’on croit connaître par ses films ou la culture qu’elle véhicule. Les Rocheuses sont le territoire de nombreuses tribus indiennes. Leurs conditions de vie et leur destin sont bien éloignés de l’image des westerns de notre enfance. C’est à travers ce projet que l’on souhaite aussi lever le voile sur ces régions finalement peu connues et encore très sauvages.

Comment se prépare-t-on à ces 4 mois en « terre inconnue » ?

Une expédition de cette envergure demande une préparation minutieuse avant la date du départ : c’est la clé du succès ! Sur place, nous savons que nous donnerons le meilleur de nous-mêmes pour arriver au bout de notre objectif. Mais nous sommes conscients que nous recontrerons des variables incontrôlables : météo, conditions de neige, santé, etc…

La préparation de l’itinéraire, la logistique et la préparation physique sont des étapes importantes. Heureusement, nos précédentes expéditions nous ont formés à ces préparatifs (réglée au mm) et notre résistance physique n'est pas un problème.

De manière assez surprenante, ce qui nous a demandé le plus de préparation pendant ces 6 derniers mois a été la couverture financière et médiatique de notre aventure. Certes, un désir de communiquer sur cette expérience inédite, mais avant tout une nécessité économique de trouver des sponsors. 

Parce que "étudiant" rime souvent avec "petit budget", nous ne pouvions pas compter sur notre unique autofinancement. Nous avons donc activement recherché des partenaires. Une expérience très formatrice qui nous a apporté beaucoup en compétences : démarchage, création d’un site web, communication visuelle, développement d’une communauté virtuelle. Nous avons choisi de partager l’expérience autour de nous et nous sommes vraiment fascinés de l’engouement que procure la Xrockies avant le départ : plus de 2000 vues du teaser, un reportage à la TV, c’est réellement motivant pour la suite !

Quel est ton état d’esprit à quelques jours du grand départ ?

C’est avant tout la fatigue physique qui prime aujourd’hui. J’ai fait le choix de travailler en tant que saisonnier dans une station de ski afin de pouvoir payer la Xrockies : alors que la fin de la saison approche, je ressens le poids des sessions d’entraînement après des journées de travail intenses. Mais la hâte d’en découdre n’a jamais aussi forte. Nous sommes prêts et à quelques jours du départ c’est avec une joie non dissimulée que je peux dire : ça y est, le 15 mars, c’est parti !

Mais se jeter en terre inconnue apporte son lot de doutes, des interrogations. Comme des casseroles que l’on traîne et que l’on essaie de cacher tant bien que mal pour rassurer famille et proches. La montagne est parfois très vicieuse, nous le savons et celle-ci saura nous remettre à notre humble place en cas de pépin.

Que pouvons-nous te souhaiter ?

Du plaisir ! Car c’est avant tout pour cela que nous partons, même si je dois avouer que l’envie de réussir et d’arriver au bout à temps l’inhibe parfois !

As-tu un message à faire passer ?

Je voudrais tout d’abord remercier les sponsors : Ozone et Kortel design sans lesquels cette traversée ne serait pas possible. Ainsi que nos familles qui, malgré l’inquiétude, nous supportent dans nos projets. Mais la Xrockies c’est avant tout toutes ces personnes qui portent un intérêt au projet, et qui nous suivent sur notre blog ou Facebook. Nous y posterons vidéos, photos et carnets de voyage tout au long de la traversée des Rocheuses. N'hésitez pas à venir prendre de nos nouvelles !

À très vite !
Thomas Punty

Thomas Punty : du rêve à la réalité...