Pierre Emmanuel du Passage

Retour aux portraits
Date de publication : Dimanche 1 Septembre 2013

Rentré il y a quelques mois du Cambodge où il exerçait une mission humanitaire, Pierre-Emmanuel du Passage, étudiant à TBS Grande Ecole en M2 n’a qu’un souhait : combiner études et actions humanitaires. Son pays de prédilection, le Cambodge bien sûr ! Actuellement sur le campus de Barcelone en OP « Business to Business », Pierre-Emmanuel s’oriente, pour son stage de fin d’études, vers la fonction Achat chez Véolia ou Vinci Airports Cambodge (Le saviez-vous ? c’est Vinci qui gère les 3 aéroports du Cambodge !). Retour sur son parcours en interview…

Quel a été ton parcours avant d’intégrer TBS ?

Pierre Emmanuel du PassageJ’ai un parcours assez atypique. En 2008, j’ai intégré une prépa militaire, le Prytanée National Militaire de La Flèche, où j’ai vécu 3 ans afin de me préparer au concours de l’école d’officier (st Cyr).  J’ai été admissible deux fois mais n’ayant pas la bosse des mathématiques, je n’ai pas transformé l’essai aux oraux. Je souhaitais, depuis très jeune, embrasser une carrière d’officier. J’ai donc vécu en internat obligatoire avec un rythme et une rigueur militaire (uniforme, assemblements, coupe de cheveux, ordre serré, revues, défilés…). Ce furent trois merveilleuses années extrêmement riches sur le plan des relations humaines, sur le sens du service, du devoir, de la solidarité et de la fraternité.

Des valeurs très proches de celles de l’humanitaire et/ou social, non ?

Oui, c’est au cours de ma prépa militaire que je me suis forgé un esprit critique, et j’ai pu prendre de réelles responsabilités en prenant les rênes de la « Conférence Saint Vincent de Paul ». Ce fût ma 1ère expérience à dimension sociale. Ainsi, je supervisais pendant un an le soutien scolaire de jeunes écoliers en difficultés et j’organisais des collectes de fonds pour les logements sociaux que l’association mettait à disposition des sans-abris. Ce fut une très belle expérience qui m’a donné envie de poursuivre dans cette voie, et c’est ainsi que je me suis impliqué dans l’association « Pour un Sourire d’Enfant » au Cambodge.

En quoi consistait ta mission au Cambodge ?

Il y a deux semaines, je me trouvais encore au Cambodge… Et je crois qu’il n’y a pas un jour sans que je repense à tout ce que j’y ai vécu… Je suis parti avec l’association « Pour un Sourire d’Enfant » (PSE) en juillet et août. C’est une association qui a été créée en 1993 par un couple de retraités français afin d’assurer le soutien, la scolarisation et la formation professionnelle de près de 3 000 enfants défavorisés du Cambodge.

C’est par l’intermédiaire d’un ami que j’ai entendu parler de cette association. En effet, il était déjà parti deux étés et m’en parlait avec des étoiles dans les yeux. J’ai voulu percer ce mystère et me rendre utile un été, cette mission humanitaire était donc indépendante de mon cursus scolaire.

Cette mission auprès de ces jeunes enfants cambodgiens a approfondi mon ouverture d’esprit et mon enthousiasme. Ces enfants avaient toujours le sourire aux lèvres malgré la vie qu’ils mènent ! Cette expérience m’a donc appris à rester positif en toutes circonstances et à tenter de garder le sourire dans la difficulté. Mes modèles, ce sont en réalité ces enfants !

Quelle était ta journée type au Cambodge ?

Pierre Emmanuel du PassageL'accueil à 6 h du matin de près de 3 000 enfants puis direction la « douche obligatoire » pour tous, suivi d’un bol de riz, puis rassemblement et monter des couleurs avec l’hymne cambodgien. Impressionnant que de voir leur sens du patriotisme !! Ensuite, chaque volontaire comme moi prenait la charge d’un groupe d’une quarantaine d’enfants et on organisait des activités sportives et ludiques entrecoupées de goûters avec des fruits locaux puis bol de riz pour tous, sieste obligatoire d’une heure et demie à même le sol et je peux vous assurer que TOUS dormaient. Ensuite, il y avait une méditation bouddhiste, c’est impressionnant de voir avec émerveillement des centaines d’enfants fermant les yeux et assis en méditation bouddhiste. Cet exercice a pour but de renforcer leur force intérieure pour mieux affronter la réalité désastreuse de leur vie (prostitution infantile, sida, orphelins etc…). Ensuite les activités sportives reprenaient, suivi du baisser des couleurs, d’un goûter avec de la musique khmère. Les cambodgiens sont d’excellents danseurs ! Puis, ils retournaient au sein de leur foyer. Notre but était de faire sourire ces enfants, de nourrir leur famille avec une grosse logistique en riz.

Pourquoi avoir décidé de t’impliquer dans cette association ?

C’est simple, c’est une association qui veut le meilleur pour chaque enfant, les meilleures infrastructures, des partenariats avec des écoles de commerce prestigieuses françaises, et chaque enfant, je dis bien chacun d’entre-eux, est suivi personnellement par le couple des Pallières, le couple de retraités ayant fondé cette association. Tous ces enfants, sans exception, trouvent un emploi une fois sorti du centre. C’est donc, à mon sens, une forme accomplie de l’humanitaire, ces retraités ne sont pas dans les souhaits, mais dans l’action. Ils changent radicalement la vie de ces enfants !

Quel est ton plus beau souvenir du Cambodge ?

Pierre Emmanuel du PassageMon plus beau souvenir est clairement la reconnaissance des enfants, de voir que nous leurs avions réellement changé leur quotidien, d’autant plus que nous leur avions apporté chacun une  valise entière de cadeaux parfois très sophistiqués, issus de démarchage d’entreprises. Merci d’ailleurs à TBS pour les 300 T-Shirts ! Les « au-revoir » avec les enfants ont été très difficiles, dans les larmes. Une fille m’a même déclaré lors de son câlin : « j’aurais tant aimé t’avoir comme grand frère, reviens un jour ! »…

Parmi les valeurs de TBS, quelle est celle qui te parle le plus ?

L’audace et l’engagement me parlent le plus. En son temps, Jean de La Fontaine écrivait : « Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie ».  Oui, dans la vie, il faut oser et c’est notre courage qui nous permet de surmonter les difficultés ou de porter à bien un projet. Quant à l’engagement (dans la Cité, dans le social), c’est une valeur qui me porte depuis mes années en prépa militaire et que je mets en application notamment dans la Réserve Militaire depuis 6 ans dans l’Infanterie de Marine et dans diverses associations à caractère social.

Si tu avais un message à faire passer à quelqu’un, quel serait-il ?

Ce serait tout simplement de s’engager si ce n’est pas déjà fait. S’engager dans une association. Par exemple, j’ai prévu de parrainer un enfant de cette association à travers une cotisation mensuelle. Ce n’est pas grand-chose pour moi, mais cela change une vie, celle de l’enfant à l’autre bout du monde !

Quels sont tes projets à venir ?

Pierre Emmanuel du PassageApprofondir ma piste de stage de fin d’études chez Vinci Airports au Cambodge en tant qu’acheteur.  Ce pays m’a beaucoup marqué, ainsi que sa population. « Le pays du sourire et de l’émerveillement ». Et ainsi, je pourrais donner une continuité à ma mission en donnant de mon temps à l’association les weekends, car ce n’est plus qu’une association pour moi, ce sont désormais des visages.

Plus d'informations ›