Gregory Macqueron

Retour aux portraits
Date de publication : Mardi 7 Juin 2016
Entreprise : Amaris | Fonction :Directeur de filiale

Relatez en quelques lignes votre parcours avant d’intégrer TBS ?

Ingénieur de formation, diplômé de l’Ecole Centrale de Marseille, mon projet professionnel consistait à m’enrichir d’une première expérience professionnelle avant de poursuivre mes études par l’intermédiaire d’un 3ème cycle Business.

J’ai donc travaillé pendant deux ans à Paris en tant qu’ingénieur d’étude informatique dans le domaine de la Supply Chain pour le compte d’un éditeur de progiciels de gestion, avant d’intégrer TBS au sein de la promotion 2008-2009 du Mastère Spécialisé « Management de l’Innovation Technologique ».

Pourquoi avez-vous choisi TBS ?

J’ai choisi TBS pour deux raisons. La première est liée à la formation en elle-même, dans la mesure où le MS MIT vise à nous accompagner dans la compréhension à la fois des problématiques de management et aussi des enjeux de l’innovation pour la croissance des entreprises d’aujourd’hui et de demain. Ensuite, le MS MIT m’a également séduit par son caractère « applicatif » dans un cadre pluridisciplinaire : les projets professionnels Globecom et RISE), réalisés conjointement avec nos camarades MS Management Juridique des Affaires et du MS Management des Biotechnologies, ont été pour moi un critère important de sélection.

Comment décririez-vous l’ambiance de travail et de vie au cours de votre année à TBS ? Quel est votre meilleur souvenir ?

La promotion 2008-2009 du MS MIT était extraordinaire, la cohésion était forte et beaucoup d’entre nous se fréquentent régulièrement aujourd’hui. J’ ai pour ma part développé de grandes amitiés. L’ambiance était excellente et positive, dans les cours comme en dehors. Un de mes meilleurs souvenirs reste le BDMS (Bureau Des Mastères Spécialisés), une association que j’avais créée avec un ami du MS Entrepreneuriat ayant pour but de fédérer l’ensemble des élèves et promotions MS de TBS.

Nous avons organisé dans le cadre du BDMS un bon nombre d’événements, repas ou soirées, rassemblant le plus souvent plusieurs centaines d’élèves (tous MS confondus ; Marketing, Santé, Finance…), également dans le cadre du WED (Week-End de Désintégration) que nous avons organisé à Lloret del Mar en Espagne. Expérience fabuleuse, encore gravée dans les esprits des cent-cinquante participants…

Que vous a apporté cette formation tant dans l’approche pédagogique que professionnelle ?

Cette formation m’a apporté beaucoup de choses, tant sur le fond que sur la forme, dont notamment la capacité à prendre du recul et de la hauteur. L’idée est d’appréhender les problématiques quotidiennes, professionnelles mais aussi personnelles finalement, dans leur globalité comme un ensemble de paramètres interdépendants. Par exemple, plutôt que de se focaliser sur un maillon de la chaîne de valeur d’une entreprise pour en améliorer la performance, il est intéressant d’appréhender l’ensemble de manière systémique et fonctionnelle pour définir puis décliner les optimisations envisageables dans une approche top-down.

De plus, le MS MIT m’a fortement sensibilisé à cette approche audacieuse qui consiste parfois à faire « page blanche » pour innover, dans un esprit de refonte complète de business models voire d’organisations d’entreprises.

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’innovation technologique ?

L’innovation technologique m’inspire tout d’abord par le fait qu’elle soit (par définition !) systématiquement possible. Elle dispose aussi d’une multitude de facettes dont certaines parviennent toujours à nous surprendre… Par exemple, nous réalisons qu’aujourd’hui ce ne sont finalement plus tant les technologies en elles-mêmes qui font l’innovation, mais plutôt les processus et environnements qui supportent ces technologies. D’ailleurs, certains de mes clients industriels ne parlent aujourd’hui plus de produits mais d’expériences, toujours dans cet esprit d’approche fonctionnelle et surtout collective…

Pour finir sur l’innovation, qui se doit finalement d’être avant tout une gymnastique d’esprit voire même une philosophie, j’aimerais citer Bertrand Piccard, co-créateur du programme d’avion solaire Solar Impulse qui a su prouver à la terre entière sa passion pour l’innovation : « Une innovation n’est pas une idée nouvelle en plus, mais une ancienne certitude en moins ».

En quoi consiste votre travail au quotidien ?

Mon travail consiste à développer les activités de conseil d’Amaris sur la région Sud-Ouest, et à ce titre je dirige une équipe de jeunes managers qui à terme encadreront chacun une équipe de consultants évoluant sur les projets de nos clients. Nous participons ainsi à la croissance et à l’amélioration opérationnelle de nos clients, en région ou en national comme à l’international, sur des métiers à la fois Engineering et IT dans les secteurs respectivement aéronautique, spatial, transport, énergie, santé, public et tertiaire. Les sujets que je traite au quotidien sont d’ordre purement business auprès de mes clients mais aussi d’ordre managérial auprès de mes équipes, ainsi que d’ordre RH, recrutement, administratif, juridique ou encore marketing en étroite collaboration avec nos équipes support spécialisées par domaine.

Que vous apporte votre formation (compétences/outils) au quotidien ?

Je mets à profit quotidiennement cet état d’esprit d’entrepreneur que TBS m’a permis d’acquérir, en complément des compétences et techniques managériales orientées business development dont j’ai pu m’inspirer chez certains professeurs mais aussi suite aux conférences & interventions de professionnels durant la formation.

Que vous ont apporté vos stages ?

Mon stage de business development chez Thales Alenia Space, au sein de la Business Unit Navigation, m’a tout d’abord permis d’apprendre énormément de choses dans le domaine des technologies aérospatiales. Mais surtout, cette expérience m’a permis de réaliser de manière très concrète que même au sein d’un grand groupe comme Thales, la solution se trouve parfois là où on l’attend le moins, à savoir sous nos yeux. En effet, j’étais en charge du développement de nouveaux canaux de ventes pour les technologies de navigation, or la concrétisation la plus significative s’est opérée en interne auprès d’un intégrateur du groupe… !

En quoi TBS vous a aidé dans votre parcours professionnel ?

TBS m’a apporté cette dimension entrepreneuriale caractérisée par une réelle ouverture d’esprit multipliée avec l’assurance que tout est possible si l’on appréhende les choses sous le bon angle.

Quels sont vos projets professionnels à 5 ans ?

Toujours dans cet esprit d’innovation, je dirais que mon projet à horizon 2021 consiste entreprendre quelque-chose d’imprévisible et auquel je n’ai absolument pas pensé jusqu’à présent !

Quelle valeur de TBS vous correspond le mieux (enthousiasme, éthique, audace ou ouverture) ?

Je dirais l’audace, en tant que « positive edge » en complément des 3 autres qui, à mes yeux, sont des prérequis fondamentaux à notre épanouissement personnel & professionnel. Je précise d’ailleurs qu’il s’agit également d’une des valeurs clefs d’Amaris !

De quoi êtes-vous le plus fier ?

C’est une excellente question… ! Je dirais que je suis particulièrement fier de moi lorsque je parviens à aider quelqu’un dans le besoin, spontanément ou à sa demande, le plus souvent par l’intermédiaire de conseils sur des sujets de la vie quotidienne ou bien dans le travail. Il m’est assez souvent arrivé d’orienter certaines personnes dans des directions qui leur ont été particulièrement profitables, souvent sur le plan personnel.

Si vous aviez un message à adresser aux futurs candidats, quel serait-il ?

TBS est sincèrement une école à part, un bel et original équilibre entre excellence & humilité que vous parviendrez à discerner non seulement chez les professeurs mais aussi chez les élèves. Sans oublier bien entendu le MS MIT qui, je peux vous le garantir, boostera votre leadership et votre créativité !